Le voile est jeté en attendant le nouveau pape

C’est aujourd’hui lundi 4 mars que des cardinaux venus du monde entier se retrouvent en Italie pour commencer à préparer le conclave. Le conclave rappelons le est l’évènement dont découle la nomination du nouveau pape. Les cardinaux sont ainsi enfermés au Vatican et votent pour un pape, celui-ci n’est élu que lorsqu’il obtient une certaine majorité ( 60 % ). Cela peut prendre longtemps, car les dissensions au sein de l’église catholique sont légions et ne sont plus à prouver. En effet, aujourd’hui deux grandes questions se posent sur le nouveau pape.

Le voile est jeté en attendant le nouveau pape

Sera-t-il issue du nouveau monde ? Y aura-t-il des couleurs au saint siège ? L’évolution de la balance catholique rend obligatoire cette transition, les plus fervents catholiques se trouvent aujourd’hui au sud de l’échiquier géographique. Vous retrouvez ainsi l’Amérique du sud qui est ultra représenté dans le militantisme catholique (le Brésil étant même le numéro 1 ).

L’Afrique est également très représentée dans la démographie catholique. Autant dire que l’église telle qu’on la connait encore aujourd’hui est clairement prise en étau entre ses convictions moralisatrices et sa gestion traditionnaliste, et ses changements en son sein. Nous assistons un petit peu à la lutte entre l’ancien monde et le nouveau monde au sein d’une église catholique parfois légèrement désemparée. Nul doute que s’il est encore probable que le nouveau pape entre dans le moule des précédents, l’évidence deviendra de plus en plus floue avec les prochaines élections.

Notons qu’une surprise peut néanmoins toujours apparaître avec par exemple l’un des favoris aux responsabilités qui n’est autre que d’origine africaine. Cela suffira t il à rafraîchir l’image d’une église catholique devenue bien terne ces dernières années ? Prise en étau entre son envie d’ouverture et ses prises de positions controversées (contre le mariage gay par exemple).

Une chose est néanmoins sur, le nouveau pape, quel qu’il soit ne sera pas un réformateur et nous aurons ainsi droit à une église catholique dans la plus grande tradition de celle-ci avec des prises de positions ferme contre la nouveauté comme en témoigne les favoris au poste.