L’économie collaborative au secours de la crise

La grande révolution économique de notre décennie est sans nul doute l’émergence et la conquête fulgurante de l’économie collaborative ou l’économie du partage ! Un marché florissant avec une croissance à trois chiffres, qui fait grand bruit et bouleverse le quotidien de notre société de consommation, en berne.

Qu’est ce que l’économie collaborative ?

L’économie collaborative au secours de la crise

L’économie collaborative désigne le principe d’échange de services entre particuliers. Elle prend le plus souvent la forme de réseau communautaire dédié aux particuliers, entre voisins, pour l’échange d’appartement ou de maison, la location de véhicule, du covoiturage ou encore, pour des services entre particuliers (ce que l’on appelle le jobbing ). Et cette pratique s’étend même au prêt entre particuliers, en dehors donc du système bancaire !

Qu’implique-t-elle ?

Selon les spécialistes de la question (tels que Rachel Botsman), cette économie collaborative mettra à mal la société de consommation, et en viendrait même à bout ! Une nouvelle ère, communautaire, fait donc son apparition. L’individu ne se considère non plus simple consommateur, maillon de la chaîne, mais comme un membre à part entière d’une communauté, un acteur économique au cœur de la consommation. Ce qui s’intègre parfaitement à la tendance « green », une réponse somme toute logique à la crise, au souci du budget, et au besoin de contact humain. On pense d’ailleurs à la pyramide de Maslow, définissant l’homme selon ses besoins, et qui illustre avec brio l’idée que ce nouveau mode de consommation relève à la fois des besoins d’appartenance et d’estime de soi, de reconnaissance, alors placés au-dessus du besoin plus primaire de sécurité matérielle. Un nouveau modèle économique « horizontal » (en réseau) se profile donc, répondant aux aspirations d’une « économie autrement », et avec lui, de nouveaux usages, avec lesquels les autres acteurs économiques et politiques vont devoir conjuguer.

Les outils de cette économie du partage

Le développement éclair de l’économie collaborative puise sans doute sa force du vivier d’innovations qu’il a fait naître. Une croissance donc exponentielle à mesure que de nouveaux outils voient le jour. L’entrepreneuriat s’est en effet vite saisi de cette tendance, source insatiable de projets novateurs, portés par l’ère numérique. Aux prémices, les sites de covoiturage, amorcent la tendance, et mettent en exergue la valeur d’usage, relayant ainsi la notion de propriété au second rang. Fortes de cet engouement, d’autres start-ups se sont lancées sur le créneau et aujourd’hui, tout, ou presque, peut se faire sur la base de la communauté. La location de voiture a le vent en poupe, l’échange de compétences (sorte de « troc » de services) ou le « jobbing » sont au cœur même des nouveaux usages et les sites qui y sont dédiés sont de plus en plus nombreux, et beaucoup d’entre eux ne sont réservés qu’à un territoire donné (commune, agglomération, département, etc.), pour aller encore plus loin dans la proximité, le sentiment d’appartenance. Nous pourrions en citer bien d’autres, tous ces systèmes ayant une chose en commun, au fondement même de la notion de partage, la confiance.

Les collectivités locales doivent soutenir l’économie collaborative (Le Monde.fr – 04.07.2013 – Par P.Madrelle (Sénateur de la Gironde, président du Conseil général) et V.Feltesse (Président de la Communauté urbaine de Bordeaux, député de la Gironde)

Le premier Forum consacré à l’économie collaborative organisé par des collectivités locales s’est tenu les 4 et 5 juillet derniers à Cenon, une commune de la communauté urbaine de Bordeaux. Cet évènement démontre bien que les forces en présence s’intéressent de près au phénomène et ont pris conscience de son ampleur. Les enjeux économiques et sociaux sont forts, solidarité, lien social, écologie, échanges inter-générationnels, innovation, etc. Face à ces enjeux aujourd’hui, nombre de communes, communautés d’agglomération, collectivités locales et territoriales, proposent elles-mêmes des services collaboratifs à leurs administrés, à l’image de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure, qui offre à ses habitants un site de covoiturage (covoiturage.seine-eure.com avec la solution Ecolutis) ainsi qu’une plateforme d’annonces de services entre particuliers (le site www.petitsjob-seine-eure.com sera prochainement mis en ligne, réalisé avec la Solution USUALLIS). la petite révolution est en marche !

Cette économie n’est ni mauvaise ni bonne en elle-même. Elle sera ce que nous en ferons